Avez-vous peur que les gens autour de vous s’aperçoivent que vous n’êtes vraiment pas à la hauteur?

Dans cet article, je continue mon introspection du monde du travail en parlant aujourd'hui du syndrome de l'imposteur qui n'est peut être pas totalement inconnu pour vous si vous avez répondu Oui à la question ci-dessus.

C'est quoi ce syndrome de l’imposteur?

Le syndrome de l'imposteur est un terme inventé par deux psychologues modernes - Pauline Rose Clance et Suzanne Imes - pour décrire un état de doute maladif chez les personnes en manque de confiance en soi et qui voizntt leur existence pollué par ce fléau. On l'appelle aussi Syndrome de l'autodidacte. (Ne vous emballez pas tout de suite, vous pourrez saluer mon travail de recherche en commentaire)

Ces personnes ont l’impression de ne pas mériter leur place, particulièrement au travail et dans ce qu’elles font. Ils doutent en permanence et croient duper leurs collègues, leurs supérieurs et même leurs proches.

« Je suis nul »,  « Ce job n'est pas fait pour moi » « Je suis incompétent » seront les mots qui ressortiront le plus souvent de la bouche des sujets affectés et ils sont beaucoup plus nombreux que l'on croit.

"60 à 70 % des personnes douteraient, à un moment ou à un autre de leur carrière, de la réalité ou de la légitimité de leurs succès.

Ne nous méprenons pas! Il est naturel quelque fois de douter de soi lorsqu’on est devant une situation qu’on ne maîtrise pas ou que l’on soit loin de sa zone de confort. Ça indique que notre orgueil ne prend pas toute la place et ça peut même nous extirper de pas mal de situations compliquées.

Je pense que ce syndrome arrive longtemps avant notre entrée dans le monde professionnel. Il peut prendre par la suite des proportions plus importantes au fur et à mesure de notre progression dans notre carrière. En tout cas je ne pense pas qu’il apparaisse soudainement après une bonne nuit de sommeil.

Mais bon, je ne suis pas là pour une séance de psychanalyse, d’autres le font mieux que moi. Dans le cas contraire vous devriez commencer à vous inquiéter de votre thérapeute.

Mon expérience avec le syndrome de l’imposteur

Je ne suis pas un Développeur Informatique typique. Le fait d’en être un est un pur accident. Mes chances de devenir un Développeur Informatique était très minces à l’époque. Je ne connaissais personne dans mon entourage dans ce milieu et je ne me souviens même pas d’avoir été bon en maths ou en sciences. De plus je n’avais pas une forte culture informatique.

J’avais donc le profil idéal pour postuler au titre de Meilleur Imposteur de tous les temps.

Appuyons sur le bouton Pause et faisons un petit retour dans le passé…

En 1999 les Red Hot Chili Peppers inondaient les ondes avec Scar Tissue.

Trois ans après avoir raté ses études, un petit gars au teint bronzé, piercing et cheveux longs décolorés par des années passées dans l'eau de mer (Quoi, vous n'avez pas encore lu ma page de présentation? Veuillez réparer cette injustice de suite je vous en prie) se retrouve par un étrange concours de circonstances dans un centre AFPAR pour un an de formation en Développeur Informatique.

J’ai rencontré un incroyable formateur qui a su m’inculquer la persévérance et les bonnes méthodes pour devenir un auto-didacte efficace. Philippe, merci pour ça!

 « L’auto éducation est, je le crois sincèrement, la seule forme d’éducation qui soit. »

Isaac Asimov

Puis j’ai obtenu mon premier emploi de Développeur et depuis le premier jour je me suis senti comme un imposteur.

Je n’avais pas encore de solides concepts dans le monde du Développement, excepté que c’était un milieu difficile.

Plusieurs fois j’ai voulu jeter l’éponge mais j’avais trop de fierté pour abandonner alors que tant de personnes ne voulaient voir que ma chute.

J’ai donc fait ce que tout débutant a fait. J’ai passé des nuits et des nuits à apprendre à coder et à lire des MOC entiers de Microsoft ou des Redbooks IBM. (J’ai quand même fait quelques nuits sur Age of Empires mais ce n’est pas intéressant de s’attarder sur le sujet).

Le but était d’apprendre tout ce que je pouvais sur mon temps libre pour compenser la sensation d’être un imposteur.

Et comment j’en souffrais?

L’investissement d’une trop grande énergie et d’un temps de travail trop important par rapport à la tâche demandée me permettaient d’attribuer mon succès (lorsqu’il y en avait) à une grande quantité de travail et non pas à mes compétences.

Je frôlais à plusieurs reprises le burn out mais à l’époque ce terme n’existait pas encore.

Avant de commencer un projet, je me préparais déjà à l’échec. Du coup je freinais volontairement ma motivation et mon investissement dans les tâches.

En vrac, je cumulais à peu près tous les symptômes suivants :

  • Difficulté à accepter les compliments sur mes compétences et mes réalisations. Bonus : je n’en ai jamais eu.
  • Peur de ne pas être à la hauteur devant un projet donné même dans un domaine où je suis à l’aise
  • Peur de demander de l’aide lorsque j’ai un problème dans mon travail
  • Difficulté à accepter une critique constructive

Se sentir comme un imposteur est une expérience éreintante, plus particulièrement lorsque je suis à la fois impressionné et intimidé par l’imposteur que j’ai créé de toute pièce.

"Ta peur doit nommer avant de pouvoir la chasser" 

Yoda - L’empire contre attaque

Comment combattre? It’s a Kung-Fu Fighting!

Je n’ai pas tenté activement d’éliminer le Syndrome de l’imposteur qui se tapissait confortablement dans le dos de mon cerveau pendant des années. De temps en temps je tentais de le toucher du bout des doigts pour m’assurer de sa présence mais aujourd’hui, je me rends compte (à mon grand étonnement) qu’il est parti.

Attends, Tony, Tu es en train d’essayer de dire que tu n’as pas de remèdes ou de conseils à donner? (J’imite bien votre voix non?)

Et bien comment dire… (moment gênant)… Je vais être honnête, je n’en ai pas….

Quoi? J’ai pris dix minutes sur mon inestimable temps pour arriver à ce stade de l’article et je n’aurais pas un début de réponse!? (J’imite encore mieux votre voix là non?)

Justement, au cours de ces dernières années j’ai découvert qu’un des meilleurs moyens de faire taire cette voix railleuse qu’est le syndrome de l’imposteur était d’être honnête et authentique - Parfois jusqu’à un point de s’éloigner considérablement de sa zone de confort. Se sentir comme un imposteur, venait pour moi, de la peur que les gens découvrent que je n’avais pas réponse à tout.

Aujourd’hui encore je n’ai pas réponse à tout et au lieu de m’inquiéter que les gens le découvrent un jour, j’ai choisi de les rendre public à travers mon blog.

J’ai déjà écrit des articles sur les frustrations dans ma carrière, les envies pour continuer ma carrière et bientôt un article sur comment améliorer ma productivité.


Depuis mon début d’expérience du blogging, j’ai découvert que lorsqu’on parle de ses émotions, de ses combats professionnels et/ou existentiels, les gens seront plutôt occupés à admirer votre courage plutôt que de juger les failles humaines.

Par chance, vous avez peut être expérimenté la même chose que moi à un moment ou à un autre et vous vous en êtes sorti.e.s. Si c’est le cas, n’hésitez pas à le dire en commentaires pour faire profiter aux autres de vos précieux conseils.

"J’ai réussi mes accomplissements, et être honnête au sujet de mes luttes et de mes défauts n'enlève rien à cela."

Tony Silotia

Long Live and prosper

Tags: syndrome imposteur carrière

Tony Silotia

Je suis développeur web à l'île de la Réunion. Pendant mes heures perdues je fais de la veille technologique, du trail et rédige sur le blog Loosing spirit.

Commentaires

commentaires générés par Disqus

Article Précédent

Organisation

Chronique d'un développeur anonyme

Ou comment j'en suis arrivé à m'interroger sur le métier de Développeur.
Lire

Article Suivant

Webdev

3 bonnes raisons de faire appel à un Développeur Web Freelance ?

Vous êtes à la recherche d’un professionnel pour avancer au coeur de votre projet web ? Je vous donne 3 bonnes raisons de faire appel à un Développeur Freelance !
Lire

Recevez mes trucs & Astuces chaque semaine!

Abonnez vous à la newsletter et recevez les derniers articles directement dans votre boite aux lettres! Je déteste les spams aussi, donc pas d'inquiétude là dessus.
En Bonus : Vous recevrez également mon guide gratuit sur comment vous organisez efficacement au travail!